Programme d'actions Usages numériques
Grenoble-Alpes Métropole

En 2016, le diagnostic partagé réalisé par Grenoble-Alpes Métropole et Le fil des idées sur l’accès et les usages du numérique dans les quartiers prioritaires, a révélé la richesse des acteurs et des initiatives présents sur le territoire métropolitain grenoblois, l’ampleur des besoins en termes d’accompagnement et de formations ainsi que des besoins de coordination à l’échelle intercommunale.

Sur la base de ce diagnostic, a été élaboré le Programme d’actions partagé sur les usages du numérique en faveur des quartiers Politique de la ville. Il est coordonné par Grenoble-Alpes Métropole et mis en œuvre par les communes, les acteurs de terrain et ceux du numérique.

Certains de ces acteurs du numérique se sont d’ailleurs constitués en un Pôle des ressources sur les usages du numérique pour les acteurs du territoire afin de répondre à leurs besoins spécifiques en matière de formation et d’accompagnement de projets, mais aussi de mise en commun d’outils et de matériels. Ce Pôle des ressources est l’un des éléments essentiels à la mise en œuvre du Programme d’actions partagé de la Métropole en matière d’usages du numérique et participe, à ce titre, à sa gouvernance.
.

Des projets structurants, des formations, des actions locales permettent de structurer ce programme, décliné annuellement via des plans d’actions est suivant les axes de travail définis :

  • 1. Créer les conditions d’accès aux savoirs de base, à l’accompagnement et aux outils
    Les principaux freins aux usages sont les savoirs de base, l’accès au matériel ou à la connexion – aussi bien pour les publics (toutes populations et toutes tranches d’âges) que pour les professionnels les accompagnants – et les conditions sociales du public. L’accompagnement, l’évaluation des compétences, les formations et la multiplication des lieux d’accès accompagnés sont donc indispensables à l’appropriation des usages du numérique par tous. Cet accompagnement implique la formation et la coordination des professionnels sur cette thématique.

 

  • 2. L’accès aux droits : face à la dématérialisation des services publics
    La fracture sociale s’est accélérée depuis le mois de janvier 2016 par la mise en place de nouveaux services administratifs dématérialisés. Les accompagnants se retrouvent parfois obligés de faire à la place des publics par manque de temps et de formation, ce qui ne favorise pas l’autonomie et pose dans certaines situations des questions déontologiques. L’autonomisation des personnes est à rechercher ainsi que l’implication des administrations concernées.

 

  • 3. L’éducation, parentalité, santé
    Il existe une méconnaissance de la réalité des usages des jeunes. Ces usages sont souvent limités et peu créatifs, laissant le champ libre aux fantasmes et ne favorisant pas les interventions éducatives. L’enjeu est de mettre en place des actions qui favorisent le regard critique et la créativité des jeunes, de développer les réseaux d’entraide et d’échange de savoirs, de travailler à la posture éducative pour diversifier les usages et d’imaginer la parentalité à l’heure du numérique.

 

  • 4. La participation citoyenne
    L’usage du numérique est très peu présent dans la participation alors même que c’est un atout pour favoriser les échanges et les contributions citoyennes. Il reste donc à imaginer la place du numérique dans les initiatives citoyennes existantes (conseils citoyens, GUSP…) utilisant les outils tels que le Fablab solidaire, les cartoparties, etc..

 

L’objectif principal de ce programme est de structurer, coordonner et valoriser les différentes initiatives présentes sur le territoire répondant à l’objectif spécifique « accroître les nouveaux services et usages numériques prioritairement dans les domaines de la santé et de l’éducation » (OS 5) du Programme opérationnel FEDER Rhône-Alpes 2014-2020, en lien avec la priorité transversale « accès et usages du numérique » du Contrat de ville.

La gouvernance du programme s’inscrit dans la poursuite de la dynamique participative et coproductrice initiée en 2016.

 

  • Le comité d’animation
    C’est un comité technique, composé :
    • des référents locaux qui s’assurent de la mise en cohérence des plans et/ou des actions locales avec le programme d’action métropolitain,
    • des référents des groupes de travail thématique,
    • des représentants du Pôle des ressources numériques.
    Il est animé par la chargée de mission de Grenoble-Alpes Métropole en charge de la coordination.

 

  • Son rôle est de :
    • formaliser, dans un plan d’action annuel, les propositions de projets et d’initiatives imaginés dans les groupes de travail,
    • animer la communication du plan,
    • imaginer les initiatives à prendre pour fédérer les acteurs du plan d’action au sein d’un réseau qu’il anime,
    • organiser l’évaluation du programme.
    Ses travaux sont validés par le Comité de pilotage de la politique de la ville.

 

  • Les groupes thématiques
    Ces groupes imaginent et impulsent les actions et projets qui concrétisent la mise en œuvre des objectifs du programme opérationnel. Ils font remonter leurs propositions au comité d’animation qui s’en empare et les inscrits dans le plan d’action annuel.

 

  • Le pôle des ressources sur les usages du numérique
    Le territoire de la métropole compte de nombreux acteurs du numérique développant des compétences diversifiées et complémentaires. C’est un atout considérable pour les acteurs du développement social local qui peuvent ainsi s’appuyer sur eux pour intégrer l’univers du numérique dans leurs divers projets.
    Lien vers la page « Pôle des ressources sur les usages du numérique »

.

Ce Programme d’actions est cofinancé par l’Union européenne
dans le cadre du volet urbain du Fonds européen de développement régional (FEDER)
Rhône-Alpes 2014-2020 : l’investissement territorial intégré (ITI).